Bienvenue sur le forum JSKnews. Rejoignez nous sur les réseaux sociaux!

FACEBOOK ► https://www.facebook.com/jsknews.net
YOUTUBE ► https://www.youtube.com/user/jsknews
TWITTER ► https://twitter.com/jsknewsnet

La visite de Zidane en Algérie

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La visite de Zidane en Algérie

Message par JSK 1946 le 25/11/2006, 16:06

Zidane sera en Algérie du 11 au 16 décembre

Zinédine Zidane l’avait promis aux journalistes du Buteur et d’El Heddaf qui l’avaient interviewé à Madrid le 26 avril 2005 : «Une fois que je serai à la retraite, j’irai en Algérie avec mes parents.» La promesse va être tenue dans quelques semaines, puisque Zidane effectuera une visite en Algérie du 11 au 16 décembre. Une visite qui sera très «officielle» puisqu’elle sera organisée par la Fondation de France et l’Etat français à travers l’Ambassade de France en Algérie, en réponse à l’invitation officielle que lui avait lancée le président Abdelaziz Bouteflika, après la finale du Mondial-2006. Selon nos sources, Zidane consacrera une journée à la Fondation de France sous l’égide de laquelle le footballeur a financé, grâce à des dons et au produit de la rencontre de bienfaisance entre l’Olympique de Marseille et France 1998 du mois d’octobre 2003 à Marseille, la construction d’un hôpital à Boumerdès et l’acheminement d’aides aux sinistrés du séisme du 21 mai 2003. Zidane et la Fondation de France vérifieront le cheminement des dons et superviseront la concrétisation des projets humanitaires programmés. Une autre journée sera consacrée à des réceptions officielles au plus haut sommet de l’Etat (Zidane sera certainement reçu par le président Bouteflika). Le reste du séjour sera consacré à des circuits privés avec, entre autres, la visite du village natal de ses parents situé dans la commune de Boukhlifa (Béjaïa). Selon nos sources, Zidane sera accompagné de ses parents et peut-être aussi de ses frères et sa sœur, ainsi que de Henri Emile, ancien intendant de l’équipe de France qui avait été l’organisateur du match de bienfaisance de Marseille en octobre 2003. Zidane annoncera cette visite dans les tout prochains jours, soit par une déclaration à la presse, soit par un communiqué sur son site internet.
Connaissant la grande popularité dont jouit Zidane en Algérie, sa visite constituera certainement un événement national qui risque cependant d’être entaché par son caractère trop officiel. A quelques mois des élections présidentielles en France, il est craint des velléités de récupération politiciennes. Le voyage, semble-t-il, se fera par avion privé affrété par la Fondation de France. Les Algériens ont toujours espéré une visite simple et populaire, celle d’un Algérien d’origine vers son pays d’origine. L’idéal serait que Zizou donne le coup d’envoi d’un match entre deux équipes algériennes en Algérie et, pourquoi pas, de participer à un match improvisé comme il l’avait fait au Bangladesh. Cela concrétiserait le rêve de milliers d’Algériens de le voir en chair et en os.


Dernière édition par le 16/12/2006, 05:39, édité 1 fois
avatar
JSK 1946
Junior
Junior

Masculin Messages : 2932
Age : 30
Localisation : Oran
Date d'inscription : 14/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par JSK 1946 le 2/12/2006, 15:19

Smaïl Zidane, le parcours d’un fils du pauvre
Alors que Zinédine Zidane s’apprête à venir en Algérie en compagnie de son père, nous avons cru bon de brosser le tableau de ce dernier, émigré algérien emporté par la vague de l’exil durant les années de faim et de pauvreté. Nous avons rencontré Smaïl Zidane à la nouvelle maison familiale où il nous a reçus avec humilité et courtoisie. Le verbe posé, le ton bas, l’émotion à fleur de peau, il a raconté son parcours par des mots simples, agrémentant son récit par des citations du terroir. Alternant le français et le kabyle, il ponctuait ses mémoires par de longs silences durant lesquels son regard se perdait, sûrement plongé dans des souvenirs convoqués non sans nostalgie. Pieux, Dda Smaïl a souvent évoqué Dieu. «Tout ce que Dieu nous apporte est le bienvenu», a-t-il souvent répété. Récit du destin d’un père aujourd’hui comblé.

Etre enfant dans la montagne, en période coloniale, sixième d’une famille nombreuse avec un père qui arrive très difficilement à joindre les deux bouts, Smaïl Zidane connaît très bien. Trop bien même. Dans le village Aguemoun haut perché sur la montagne surplombant la corniche bougiote, il souffrait en silence, le cœur laminé de voir ses parents et ses cinq grandes sœurs ne pas toujours trouver à manger. C’était «Le fils du pauvre», comme Mouloud Feraoun, son contemporain, a si bien décrit le vécu des enfants des montagnes dans son célèbre roman autobiographique. La période de l’adolescence n’est guère meilleure. A une époque où les vicissitudes de la vie faisaient devenir adulte à un âge précoce, il prend le parti de travailler afin d’aider son père. Sixième dans la hiérarchie des enfants, mais premier garçon, c’est à lui que revenait le rôle d’aller au charbon. «J’ai travaillé partout où je le pouvais avec pour seul espoir de ramener de quoi manger à la maison. C’était en général de petits boulots précaires dont le revenu n’était pas à la hauteur de mes attentes. J’ai travaillé en Algérie chez des Algériens, des Français, des Espagnols… Bref, partout où on peut gagner sa croûte. Mais je me suis rendu compte que je travaillais beaucoup pour si peu.»
C’est alors que l’idée de partir là où il pourrait gagner plus lui taraude l’esprit. Il avait tout juste 15 ans lorsqu’il pense partir en France, un pays où, lui a-t-on dit, il trouvera du travail. En plus de sa motivation d’aider sa famille, un autre paramètre l’encourage à franchir le pas : il a de la famille à Marseille, le port d’attache naturel de ceux qui quittent l’Algérie pour rejoindre l’autre rive de la Méditerranée. Il parvient à sensibiliser sa famille sur la nécessité de le laisser partir. Ses parents finissent par lui donner leur bénédiction.

1953 : 15 jours à Marseille et une grande désillusion

Voilà donc Smaïl Zidane débarquant à Marseille, anonyme dans la foule des centaines de voyageurs que déverse "el vavour" comme disent les Kabyles, cette arche de Noé des autochtones pour fuir le déluge de la pauvreté. Au moment où il pose le pied sur le port de Marseille en ce 17 septembre 1953, il était loin, très loin de s’imaginer que quelques décennies plus tard, il en deviendrait l’un des plus illustres résidents et que le nom de sa famille pour laquelle il se trouvait sur cette terre étrangère allait être scandé dans toute la France. Il est d’autant plus loin de l’imaginer que ses premiers jours à Marseille sont une douche froide : il ne trouve pas de travail. La désillusion est terrible. Lui qui a émigré pour aider les siens constate qu’à Marseille, il ne pourrait même pas s’aider lui-même. «Après une quinzaine de jours de recherches vaines, j’ai pris une décision : il fallait que je monte à Paris. Il y avait plus de chances d’y trouver du travail, m’avait-on dit.» Bercé par cet espoir et déterminé à trouver du travail, il quitte Marseille avec amertume avec l’intention de n’y revenir que pour visiter sa famille et débarque à Paris.

Pari gagné à Paris
A son grand soulagement, les perspectives de travail sont effectivement plus grandes. Il ne tardera pas à se faire embaucher comme ouvrier manœuvre dans le bâtiment. Il ne gagne pas grand-chose, mais il envoie chaque mois plus de la moitié de sa rémunération à sa famille à Aguemoun. C’est la seule idée qui l’aide à vaincre la nostalgie qui le prend souvent. «Beaucoup de gens croient que l’exil est facile. Ce n’était pas du tout facile pour moi. J’étais loin des miens, de mes repères, de mon village. C’est dur de changer d’environnement sans s’y être préparé.» Après quatre ans comme ouvrier manœuvre, il trouve un travail plus rémunérateur : ouvrier dans une usine de fabrication de fibres de diamants. Il y reste cinq ans, avec toujours la même motivation, les mêmes soucis concernant sa famille, la même nostalgie rejaillit à chaque vague à l’âme… A présent, il n’a qu’un seul désir : rentrer au bled. Son village et sa famille lui manque trop…

1962 : tout est prêt pour rentrer en Algérie
Un paramètre, une bonne nouvelle, va l’encourager à vouloir rentrer : l’indépendance de l’Algérie. «A ce moment-là, je me suis dit que j’allais sans doute avoir plus de chances de trouver un travail au bled. C’est le chômage et la pauvreté qui m’avaient poussé à m’exiler et j’ai estimé que, désormais, je pouvais travailler et gagner ma croûte en Algérie.» Il ne met pas beaucoup de temps à prendre sa décision : il va retourner en Algérie. En quelques semaines, il règle ses affaires à Paris, salue toutes ses connaissances et, au mois de novembre 1962, il descend sur Marseille afin de prendre le bateau, cette arche qui, cette fois-ci, va l’aider à fuir l’étouffement de l’exil. Il retrouve ainsi la ville qui l’a accueilli, mais qui lui avait tourné le dos, n’y ayant trouvé aucun travail. Bien sûr, il ne manque pas de faire un crochet au domicile de son oncle installé à Marseille pour le saluer, surtout qu’il l’avait aidé lors de son arrivée à Marseille neuf ans plus tôt. Il arrive pour passer deux ou trois jours chez lui, avant de prendre le large.

Quand l’amour s’en mêle…
Ce qui devait être le point final d’un chapitre de la vie de Smaïl Zidane va cependant prendre une tournure insoupçonnée. Venu à la rencontre de sa famille, il rencontre en même temps l’amour. Il fait, en effet, connaissance avec sa cousine. Elle lui plait et il demande sa main pour au moins accompagner son retour au bled d’une bonne nouvelle. La famille de son oncle accepte, mais à une seule condition : que Smaïl reste à Marseille. La perspective de voir la fille aller vivre en Algérie, où elle avait très peu de repères, ne réjouissait pas ses parents. «J’avais quitté Paris avec la perspective réelle de revenir en Algérie. D’ailleurs, je ne pensais qu’à mon village tout au long du voyage. Mais voilà que le destin s’en mêlait. Dieu en a voulu ainsi…» Partagé entre la nostalgie et l’amour, le cœur éploré de l’immigré balance longtemps avant de prendre le parti de l’amour. C’est ainsi que Smaïl Zidane pose ses bagages, cette fois-ci définitivement, à Marseille.

1963 : un nouveau départ à Marseille
Cette fois, la ville portuaire ne lui tourne pas le dos. Fort de son expérience de quatre ans acquise à Paris en tant qu’ouvrier manœuvre dans la bâtiment, il ne tarde pas à être embauché en tant qu’ouvrier spécialisé (plus tard, il changera d’activité en travaillant dans les grands magasins d’agroalimentaire Casino. Quelque temps après, on lui attribue un logement dans les HLM de La Castellane, un quartier du 16e arrondissement, au nord de la ville. L’année 1963 a donc constitué pour lui le début d’une vie familiale paisible agrémentée par la naissance de quatre garçons (Djamel, Farid, Noureddine et Zinédine) et d’une fille (Lila). Au souci de subvenir aux besoins de sa famille, il ajoute celui de veiller à leur bonne éducation. «A tous mes enfants, je recommandais de donner une bonne image d’eux-mêmes et de leur famille, de respecter autrui et d’être studieux à l’école. Respect et études, tel était mon credo.» Le fait que Zinédine ait frappé les esprits non seulement par son immense talent de footballeur, mais aussi par son humilité et sa timidité en dehors des terrains le rend fier, même s’il refuse à l’avouer.

En 1987, il subvient aux besoins de deux familles

En 1987, un tragique évènement vient bouleverser la vie de Dda Smaïl : son frère, le plus jeune de la famille, décède à Aguemoun, laissant derrière lui une veuve et quatre orphelins. «Nous étions seulement deux garçons dans la famille. Mon frère décédé, c’était à moi de subvenir aux besoins des siens.» Le pari était délicat : subvenir aux besoins de sa propre famille de 7 membres à Marseille et à celle de 5 membres de son frère décédé au bled, en ne comptant que sur son seul salaire. A l’époque, Zinédine avait seulement 15 ans. Il s’en remet à Dieu qu’il implore dans ses prières, fait des sacrifices, se prive de beaucoup de choses pour mener sa mission. Il fallait assurer l’équilibre, prendre souvent des nouvelles de ceux du bled, jouer au père à distance le cas échéant. C’était dur, très dur. «Les gens disent que ma plus grande fierté est de voir Zinédine acquérir une notoriété et une stature mondiales et d’entendre le nom des Zidane sur toutes les lèvres. Certes, c’est une fierté pour moi, mais ma plus grande fierté, celle qui me soulage et qui me fait dire que j’ai accompli une partie de mon devoir ici-bas, c’est d’avoir réussi à élever mes enfants et ceux de mon défunt frère», lâche-t-il les yeux embués et la gorge nouée par l’émotion. C’était son challenge, sa Coupe du monde, et il l’a remportée haut la main.

Hier comme aujourd’hui, rien n’a changé

Smaïl Zidane, l’immigré tranquille et discret d’une cité de banlieue, se retrouve ces dix dernières années extirpé de l’anonymat, un peu malgré lui. Le statut de père de star lui a été imposé par les médias alors qu’il n’a rien demandé. Cela ne l’a pas changé pour autant. C’est d’ailleurs à l’image de Zizou : modeste en toutes circonstances. A Marseille, Dda Smaïl continue de mener une vie paisible, remerciant chaque jour Dieu d’être en bonne santé et de manger à sa faim. «C’est l’essentiel. Tout le reste est accessoire car nous ne sommes pas éternels sur Terre.» Il n’a pas changé et ne pense pas changer. Même retraité, il continue à bricoler dans sa maison de Les-Pennes-Mirabeau, par habitude et par conviction. On ne change pas un homme à qui la vie a appris les vertus de l’effort…


"Ne déracinez jamais un arbre !"

«Vivez-vous en Algérie ?» C’est ainsi que Smaïl Zidane a entamé la discussion. «Oui.» «Vous avez de la chance, mon garçon. C’est une chance, une grande chance, de vivre et de grandir là où on est né. Je n’ai pas eu cette chance», confie-t-il. «Prenez un arbre. Si on le plante dans un endroit où, en grandissant, il n’aura pas assez d’espace pour se développer, ce serait une erreur de le déraciner pour le replanter ailleurs. Même si on le met dans un plus grand espace, cet arbre perdra de son naturel car il a été arraché de ses racines. Alors, mieux vaut laisser l’arbre là où il était plutôt que de le dénaturer», nous a-t-il expliqué. Même déraciné, Dda Smaïl n’a pas oublié la sagesse du terroir.

«Slimane Azem m’a profondément marqué»
Durant les années d’exil, Smaïl Zidane a été rongé par la nostalgie. Débarqué dans un pays qu’il ne connaît pas, il se laisse souvent bercer par le souvenir des oliviers, du relief rocailleux de la montagne et des cours d’eau. Alors, pour replonger dans le bled, il se laissait bercer par les chansons. Il écoutait souvent Taleb Ourabah, mais celui qui l’a marqué -comme des génération de Kabyles émigrés- est le regretté Slimane Azem, celui qui, exilé contre son gré, a chanté le plus et le mieux les souffrances des exilés. «Je l’ai rencontré plusieurs fois : en 1954, en 1956, en 1966… A chaque fois, c’était un vrai plaisir de discuter avec lui. Nous partagions la même souffrance, la même déchirure née de l’éloignement.» Un couplet tiré d’une célèbre chanson troublait particulièrement Dda Smaïl. Dda Slimane y raconte qu’il avait pris le bateau pour rentrer au pays, mais qu’au moment où il allait poser pied à terre, il se réveillait et se rendait compte qu’il s’agissait seulement d’un rêve. «Ce couplet me faisait pleurer à l’époque rien qu’en l’écoutant», se souvient-il. «Incontestablement, Slimane Azem m’a profondément marqué.»
avatar
JSK 1946
Junior
Junior

Masculin Messages : 2932
Age : 30
Localisation : Oran
Date d'inscription : 14/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par JSK 1946 le 6/12/2006, 02:32

L'ex-capitaine de l'équipe de France de football d'origine algérienne, Zinedine Zidane, sera en visite à Alger du 11 au 13 décembre, a annoncé hier à Alger, le ministre algérien de l'Emploi et de la Solidarité nationale, Djamel Ould Abbès. "Sur invitation du président de la République (Abdelaziz Bouteflika), Zidane sera en visite à Alger du 11 au 13 décembre", a affirmé M. Ould Abbès. "Zidane sera accompagné de son père et de sa mère", a ajouté le ministre.
avatar
JSK 1946
Junior
Junior

Masculin Messages : 2932
Age : 30
Localisation : Oran
Date d'inscription : 14/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par JSK4ever01 le 6/12/2006, 03:06

Franchement, je m'en fous qu'il vienne ou pas en Algerie ... :lol:

JSK4ever01
Administrateur
Administrateur

Masculin Messages : 12683
Date d'inscription : 14/11/2006

http://WWW.JSKNEWS.NET

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par JSK 1946 le 9/12/2006, 03:52

il Parait que Zidane donnera le coup d'envoi du match OMR-JSK jeudi 13 Decembre selon les bi-hebdomadaires Le Buteur et El-Heddaf (Arabe)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
JSK 1946
Junior
Junior

Masculin Messages : 2932
Age : 30
Localisation : Oran
Date d'inscription : 14/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Zinédine Zidane, demain à Alger

Message par JSK 1946 le 10/12/2006, 16:51

L'ex-capitaine de l'équipe de France de football Zinédine Zidane est attendu lundi à Alger, pour une visite de quatre jours au pays de ses parents, a appris Associated Press auprès du ministère algérien de la Solidarité.


Ce déplacement, qui s'étalera de lundi à jeudi, sera marqué par plusieurs rendez-vous d'ordre caritatif, politique et médiatique pour le champion du monde.

Le joueur âgé de 34 ans, qui a pris sa retraite sportive à la fin du Mondial 2006, doit arriver lundi en fin de matinée à bord d'un vol d'Air France, en compagnie de ses parents et de deux de ses frères.

Zidane sera accueilli à la passerelle de l'avion par le ministre algérien de la solidarité Djamal Ould Abbas, qui a pris une grande part dans l'organisation de ce voyage.

Dans l'après-midi, Zizou effectuera une première visite sur le terrain en se rendant au pavillon des enfants cancéreux de l'hôpital Mustapha Bacha d'Alger.

La deuxième journée sera consacrée à la visite de l'hôpital de Thénia (60 km à l'est d'Alger) et du centre d'accueil des enfants handicapés de Corso (45 km à l'est d'Alger). Ces établissements ont été construits dans la zone touchée par le séisme de mai 2003 en Algérie, grâce notamment à la recette d'un match disputé par l'équipe de France et l'Olympique de Marseille quelques mois après, à l'initiative de Zidane, en solidarité avec les victimes du tremblement de terre.

Au troisième jour de sa visite, Zidane sera reçu mercredi par le président Abdelaziz Bouteflika, qui l'avait officiellement invité à se rendre l'Algérie, dans un long message de soutien qu'il lui avait fait parvenir après son expulsion du Mondial lors de la finale France-Italie.

Une autre rencontre est prévue avec le ministre algérien de la Jeunesse et des sports Yahia Guidoum, avant un rendez-vous avec la presse et un dîner à la résidence de l'ambassade de France à Alger.

Jeudi, l'ancien meneur de jeu des Bleus se rendra par hélicoptère en Kabylie, précisément à Aguemoun, le village de ses parents, dans le département de Bejaia (180 km à l'est d'Alger) où il sera reçu par un comité d'accueil dirigé par son jeune cousin, Rabah.

Cela fait presque un mois que nous préparons cet événement, nous avons nettoyé les ruelles du village, fait le ménage à la maison de son père et ce matin (jeudi 7 décembre) je suis allé acheter deux moutons qui serviront à lui préparer le couscous, a déclaré Rabah Zidane à l'hebdomadaire sportif Le buteur.

C'est une immense fierté pour nous et pour tous les Algériens en général de voir Zidane se rendre dans le village où son père est né, a-t-il ajouté.

Après cette visite, l'ex-capitaine des Bleus regagnera Alger pour donner le coup d'envoi d'un match de football entre une équipe algéroise et un club de Kabylie, au Stade du 5 juillet.

D'après Rabah Zidane, Zizou s'est rendu à trois reprises en Kabylie durant son enfance et son adolescence, la dernière en date remontant à 1986.
avatar
JSK 1946
Junior
Junior

Masculin Messages : 2932
Age : 30
Localisation : Oran
Date d'inscription : 14/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par JSK 1946 le 11/12/2006, 23:06

Zidane, celui que les Algériens ont tant attendu
Par A. Salah Bey

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


La légende vivante du football mondial est, depuis ce matin, à Alger, en compagnie de ses parents pour une visite de 5 jours. Un accueil très chaleureux lui a été réservé.
l «Je suis heureux de fouler le sol de mon pays»

Mais Zizou n’a pas pu se défaire de son emploi du temps surchargé et ses obligations de star mondial du ballon pour venir en Algérie, visiter le pays de ses origines, saluer sa famille et surtout se rapprocher de ses millions de «compatriotes» qui lui vouent amour, respect et admiration. Mais bon, il vaut mieux tard que jamais et Zinédine Zidane, fils de Smaïn d’Aït Aguemoune, ce village natal du papa perché sur la montagne de Kabylie du côté de Béjaïa, est chez lui à partir d’aujourd’hui. Qu’à cela ne tienne, même si Zizou n’avait plus mis les pieds depuis près de vingt ans dans la patrie de ses origines, son ombre et son esprit ont été très souvent présents, surtout dans les durs moments que l’Algérie a traversés rappelant que ce pays n’enfantait pas seulement des terroristes et la violence, mais aussi de grands hommes de la taille de Zidane. A travers toute l’Europe et les clubs où il a évolué (Cannes, Bordeaux, Juventus et Real Madrid) ou en Equipe de France avec laquelle il a fait le tour du monde, Zidane a, qu’on le veuille ou non, honoré le pays à sa manière, en tapant non seulement dans une balle devenant ainsi le meilleur joueur au monde durant plusieurs années, mais en s’engageant pleinement dans des activités caritatives qui feront de lui un homme préféré à tous les autres.
Longtemps, Zizou est demeuré la personnalité française la plus aimée et la plus adulée, et ce n’est pas son coup de boule du 9 juillet dernier contre le défenseur italien Materazzi qui va nous faire changer d’avis, malgré la campagne sournoise et acharnée qu’ont menée certains cercles et médias de l’Hexagone ( !) pour «salir» la carrière du grand Zizou. Un homme entier et vrai, intelligent car ayant esquivé de manière subtile et durant toute une riche carrière de grand sportif tous les pièges des médias et des paparazzis en devenant un modèle de réussite et d’intégrité, voir d’intégration. La génération blanc-black-beur, c’est lui qui en a mis le ciment, lui le fils de la cité de la Castellane marseillaise.
Grâce à l’éducation et aux valeurs que lui ont inculquées ses parents, le sens de la famille, le respect de l’amitié, et tant d’autres vertus, que Zizou est devenu cette star, cette étoile immortelle dans l’histoire et l’esprit des hommes. Notamment, ceux de son pays, l’Algérie. Qu’il soit le bienvenu chez lui, accueilli en héros avec un burnous kabyle et un bon verre de l’ben comme l’exige la tradition. Le guerrier peut enfin se reposer et apprécier ce qu’est devenu son pays qu’il a tant chéri et langui.

A. S.-B.

«Je suis très content de fouler le sol de mon pays»
l «Je suis très ému d’être en Algérie et par l’accueil qui m’a été réservé. Je suis content de fouler le sol de mon pays en compagnie de mon père, de ma mère et de ma sœur qui sont tous heureux. Le fait de ne pas être venu en Algérie, avant, est dû essentiellement à mon programme très chargé. Je vais séjourner une semaine durant laquelle j’ai plusieurs messages à faire passer à mes compatriotes»

Ould Abbès (ministre de la Solidarité) : «Il sera reçu par le président de la République»
l «Zidane est le bienvenu. Il semble un peu fatigué. Un programme très chargé l’attend durant les 5 jours qu’il passera en Algérie. Zidane sera reçu par le président de la République»

Dj.O.
avatar
JSK 1946
Junior
Junior

Masculin Messages : 2932
Age : 30
Localisation : Oran
Date d'inscription : 14/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par JSK 1946 le 11/12/2006, 23:12

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] :arrow:
avatar
JSK 1946
Junior
Junior

Masculin Messages : 2932
Age : 30
Localisation : Oran
Date d'inscription : 14/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par JSK 1946 le 11/12/2006, 23:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
JSK 1946
Junior
Junior

Masculin Messages : 2932
Age : 30
Localisation : Oran
Date d'inscription : 14/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par JSK 1946 le 11/12/2006, 23:26

:arrow: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
JSK 1946
Junior
Junior

Masculin Messages : 2932
Age : 30
Localisation : Oran
Date d'inscription : 14/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par JSK 1946 le 11/12/2006, 23:43

Comme son papa, Zizou a été surpris par l’accueil que le pays de ses origines lui a réservé. Au point où il s’est senti dans la peau d’un authentique compatriote et de faire cette déclaration, qui le rapproche davantage de nos cœurs.




- Un mot sur ce voyage tant attendu ?
- Je suis très heureux d’être là, dans mon pays d’origine. Cela fait très longtemps que j’attendais ce déplacement, le voilà aujourd’hui qui se réalise. Bien entendu, j’aurais aimé faire le voyage bien avant mais, malheureusement, mes obligations professionnelles m’en ont chaque fois empêché. Je tiens à ce titre à présenter mes excuses aux Algériens. Le plus important est que, maintenant, je suis là parmi eux.

- L’émotion est fort visible sur votre visage…
- C’est normal et naturel. Cela fait si longtemps que je n’ai pas vu le pays et cela me procure une sensation particulière. Je n’ai pas remis les pieds en Algérie pratiquement depuis mon enfance. Tant d’Algériens se sont souciés pour me réserver un tel accueil, j’avoue que cela me va droit au cœur. Toute ma famille a fait le déplacement avec moi et cela ajoute une émotion et un charme supplémentaires.

- Vous avez été convié à inaugurer plusieurs structures, le geste a dû vous toucher…
- Oui, naturellement. Je compatis à la douleur de toutes les familles qui ont eu des victimes lors du séisme. Je suis solidaire et j’ai tenu à apporter mon soutien. C’est la moindre des choses. Je suis vraiment fier d’être là et heureux d’être Algérien.

- Avez-vous des projets sportifs pour l’Algérie ?
- Le plus important pour moi, d’abord, est d’être ici dans mon pays d’origine. Aujourd’hui il y a une priorité, elle est du domaine humanitaire. Le reste, j’aurai l’occasion de m’y consacrer en temps opportun.

- Envisagez-vous avec les responsables algériens de créer un centre de formation de footballeurs professionnels et qui porterait votre nom ?
- On n’en est pas encore là. Toutefois, j’ai déjà noté que l’engouement des Algériens pour le football est immense. En fait, comme moi, les Algériens adorent le football tout simplement. Il y a beaucoup de choses à faire pour cette discipline en Algérie. Il est temps que le football algérien retrouve sa place. Personnellement, il m’est dur de constater dans quelle situation se débat le football algérien actuellement.

- Avez-vous eu l’occasion de voir jouer l’équipe nationale d’Algérie ?
- Non, pour la simple raison qu’il n’y a rien à voir. Non, sérieux, il faut dire que l’Algérie est absente des grandes compétitions internationales. Par le passé, j’ai eu l’occasion de voir de grands matches de l’équipe d’Algérie. Mais cela remonte à une époque lointaine.

- Que pouvez-vous dire au terme de votre première journée en Algérie ?
- Je mets en exergue la fierté de retrouver la terre de mes origines. Je suis Algérien et je suis très ému par l’accueil que m’ont réservé les Algériens. Il y a sans doute d’autres fortes sensations qui m’attendent durant mon séjour ici, je savoure pleinement ces bons moments.
avatar
JSK 1946
Junior
Junior

Masculin Messages : 2932
Age : 30
Localisation : Oran
Date d'inscription : 14/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par rebelle18 le 14/12/2006, 09:45

Le 13-12-2006 19h8

Zidane - Comme Zizou l'a si bien dit

La star mondiale du football, Zineddine Zidane, a animé mardi dernier sa toute première conférence de presse en Algérie. C’était à l’hôtel El-Djazaïr (ex-Saint Georges). Décontracté, Zizou a répondu avec amabilité aux questions des nombreux journalistes venus couvrir l’évènement, même si parfois il a dû utiliser une de ses redoutables armes, à savoir le dribble ! Voici quelques extraits des déclarations de l’ex-champion du monde des Bleus.

«Le football ne me manque pas»

A 34 ans, Zineddine Zidane se dit saturé de football, mais pas du football en tant que jeu, mais plutôt de celui que vous imaginez, à savoir le haut niveau. «J’ai décidé d’arrêter alors qu’il me restait encore une année de contrat avec le Real. Mon plaisir à présent c’est de jouer une simple partie avec les copains et l’équipe de France 98. Juste aussi pour servir et aider les gens à travers des œuvres caritatives. C’est ça mon plaisir.»

A propos de Materazzi

«Je passe à la troisième question.» Parmi les questions qui ont le plus mis Zidane dans la gêne, l’on note celle surtout d’une journaliste italienne travaillant pour le compte de l’agence de presse italienne, Ansa. La demoiselle en question a voulu obliger Zizou à parler de sa présente relation avec l’Italien Marco Materazzi en allusion au fameux incident qui a opposé les deux joueurs lors de la finale de la Coupe du monde. Mais Zineddine qui avait auparavant répondu à une première question de cette même journaliste à propos de son voyage en Algérie, lui rétorqua : «Bon, j’ai répondu à votre première question, maintenant on passe à la troisième.» Un dribble déroutant qui a soulevé les applaudissements de toute la salle.

«Maradona et Pelé, les meilleurs au monde»

Zineddine Zidane est d’une humilité extraordinaire. Il l’a prouvé encore une fois durant son séjour en Algérie, lorsque, par exemple, il a refusé d’être comparé à Pelé et Maradona, deux joueurs qu’il vénère et qu’il place au pied des stars. «Pour moi, Pelé à une certaine époque et Maradonna à une autre sont les meilleurs. Moi, je ne me mets pas à leur niveau. Si j’étais une autre personne, je n’aurais pas voté pour Zizou.» Zizou, tu ne cesses de nous étonner !

«Belloumi de tous les temps en Algérie»

Zidane place Lakhdar Belloumi à la tête des plus grands joueurs que l’Algérie ait enfantés. «Belloumi a marqué l’histoire du football algérien à l’instar d’autres. Il y a eu même un Zidane dans le passé en équipe d’Algérie sauf que lui, il a plus de cheveux que moi.»

«J’espère voir du monde au stade du 5-Juillet»

Zineddine Zidane est content de pouvoir enfin exaucer un de ses vœux en Algérie. Celui de fouler la pelouse du mythique stade du 5-Juillet. «J’ai émis le vœu de visiter le stade avant de venir ici. J’espère voir du monde pour le match de jeudi et continuer à partager ma joie avec le public algérien.»

«Non, je n’ai jamais reçu une convocation pour rejoindre l’EN d’Algérie»

Zineddine Zidane a mis fin, et pour la énième fois, a toutes les rumeurs qui ont circulé à son sujet, il y a plus d’une décennie à propos d’un prétendu refus de Kermali de le convoquer en EN d’Algérie. «Je n’ai jamais reçu une quelconque convocation pour rejoindre les rangs de l’équipe nationale d’Algérie. Minime, j’ai été déjà sélectionné en équipe de France. Je n’ai pas attendu jusqu’aux espoirs pour l’être. Ce qui fait qu’à l’époque, les responsables du football algérien n’ont même pas pensé à me solliciter d’autant plus que la réglementation n’autorisait pas au joueur de refaire son choix et d’opter pour une autre sélection.»

«Le soleil, la mer et le felfel»

Beaucoup de nostalgie dans les paroles de Zizou, quand il a évoqué ses souvenirs en Algérie, notamment en Kabylie, la terre de ses ancêtres. «J’ai pu revoir la mer et le soleil dans mon pays d’origine. Ma région qui est la Kabylie me manque aussi toute comme ma famille qui est là-bas. J’aimerais revoir aussi plein de choses simples que j’ai laissées là-bas, il y a vingt ans, galettes, felfel (Ndlr : plat à base de poivron).»

«Je comprends quelques mots en kabyle»

Zizou a reconnu ne comprendre que quelques mots en kabyle lorsqu’un journaliste de la Chaîne II a voulu lui poser une question en berbère, sur ses sensations de retourner dans son pays d’origine accompagné de ses parents. Il n’empêche que Zizou a réussi, un tant soit peu, a comprendre une partie de la question du journaliste, pour ensuite répondre : «C’est la question que vous n’avez pas posée, c’est ça ?» dira-t-il en final. «Pas de politique !». Zineddine Zidane ne veut pas philosopher en politique. Une consoeur l’a bien appris à ses dépens. «Demain, vous allez rencontrer le Président de la République, qui vient de déclarer que l’officialisation de la langue tamazight ne peut être établie que sur la base d’un référendum, allez-vous évoquer avec lui la question de l’amazighité ?». Réponse de Zizou : «Moi, je ne m’occupe que du sport.»
O. Mounir


Merci Champion Drapeau

_________________
Palmarès :
Championnat : 72-73 | 73-74 | 76-77 | 79-80 | 81-82 | 82-83 | 84-85 | 85-86 | 88-89 | 89-90 | 94-95 | 03-04 | 05-06
Coupe : 77 | 86 | 92 | 94
Champion d'Afrique (C1) : 1981 | 1990
Coupe d'Afrique des Coupes (C2) : 1995
Coupe de la CAF (C3) : 2000 | 2001 | 2002
+...4 émé participation consécutive à la C.L. africaine
avatar
rebelle18
Modérateur
Modérateur

Messages : 4147
Localisation : paris
Date d'inscription : 10/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par JSK 1946 le 15/12/2006, 02:44

:arrow: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
JSK 1946
Junior
Junior

Masculin Messages : 2932
Age : 30
Localisation : Oran
Date d'inscription : 14/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par JSK 1946 le 16/12/2006, 05:37

Zidane quitte l'Algérie à l'issue d'une visite de cinq jours
AFP 15.12.06 | 18h56



L'ex-capitaine des Bleus Zinedine Zidane a quitté Alger vendredi en début de soirée à l'issue d'une visite de cinq jours en Algérie, pays d'origine de ses parents, à l'invitation du président Abdelaziz Bouteflika.

Il a été salué à son départ par les ministres de la Jeunesse et des Sports Yahia Guidoum, de l'Emploi et de la Solidarité nationale Djamel Ould Abbés, ainsi que par le président de la fédération algérienne de football Hamid Haddadj.

Arrivé lundi à Alger, Zidane, accompagné de ses parents, a inauguré des réalisations caritatives dans la région de Boumerdes, touchée par un séisme en 2003, et a visité des installations sportives et hospitalières.

Il a été fêté comme un héros par des dizaines de milliers d'admirateurs et a reçu un accueil de chef d'Etat par les autorités algériennes.

Zidane a passé l'ultime journée de sa visite avec les siens vendredi au village natal de ses parents à Aguemoun (Béjaia - est algérien).

L'ancien meneur de jeu des Bleus a été décoré mercredi par le président Bouteflika de la médaille Al-Athir, la plus haute distinction de l'Ordre du mérite national, équivalent de la Légion d'honneur française.
avatar
JSK 1946
Junior
Junior

Masculin Messages : 2932
Age : 30
Localisation : Oran
Date d'inscription : 14/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par JSK4ever01 le 16/12/2006, 07:19

Il va nous manquer Zinedine :cry:

JSK4ever01
Administrateur
Administrateur

Masculin Messages : 12683
Date d'inscription : 14/11/2006

http://WWW.JSKNEWS.NET

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par rebelle18 le 23/12/2006, 09:45

FIFA Gala Joueur Mondial 2006
Zidane : "J'ai arrêté car c'était l'heure pour moi"

En exclusivité pour FIFA.com, Zinédine Zidane revient sure ses premiers mois de retraite.
(AFP) FAYEZ NURELDINE

(FIFA.com) 21 déc. 2006

Il a sans doute marqué le football mondial pour un long moment. Au-delà d'un palmarès d'exception qui comprend tous les titres majeurs (Coupe du Monde de la FIFA, Ligue des champions de l'UEFA, Coupe intercontinentale, Joueur Mondial de la FIFA, Ballon d'Or, et bien d'autres encore…), Zinédine Zidane a marqué son époque footballistique par sa capacité créative, son élégance et son efficacité, tant en équipe de France que dans ses différents clubs.
Retiré des terrains depuis un certain 9 juillet 2006 sur un coup de tête malheureux en finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006, "Zizou" comme il est surnommé en France, apprend sa nouvelle vie. Entre retraite dorée et rôle d'ambassadeur un peu partout dans le monde, le natif de Marseille paraît plutôt apprécier ce nouveau mode de vie.

Comme à son habitude, l'homme est posé et raconte non sans un certain plaisir - mais sans nostalgie apparente - sa carrière si riche. FIFA.com a eu la chance de rencontrer celui qui n'a que très peu parlé à la presse écrite depuis l'été allemand, lors de sa venue à Zurich pour le Gala du Joueur Mondial.
Entretien exclusif.

FIFA.com : Zinédine, vous êtes à Zurich pour le Gala du Joueur Mondial de la FIFA. Dîtes nous ce que vous pensez des deux joueurs qui sont avec vous sur le podium, Fabio Cannavaro et Ronaldinho ?
Zinédine Zidane : Fabio Cannavaro est un défenseur, on préfère toujours récompenser les attaquants et les créateurs. Mais s'il est là, c'est qu'il le mérite. En finale de la Coupe du Monde, il a très vite marqué son territoire face à Thierry Henry, c'est quelque chose qu'il fait très bien. Et puis il est champion du monde, ce n'est pas rien. Sur Ronaldinho, je ne peux rien dire de plus que ce que tout le monde sait : c'est un joueur exceptionnel. Le but qu'il a marqué récemment contre Villarreal est symbolique. L'action va très vite mais il pense à ce qu'il va faire, c'est très fort. Il est totalement à l'opposé du but, il tourne très vite, on se demande même comment il sait où se trouve le but. Pourtant, il réussit un ciseau retourné parfait.

Zinédine, vous avez eu une année 2006 chargée, mais que retiendrez-vous en particulier ?
L'aventure de la Coupe du Monde, incontestablement. Peu de gens nous attendaient en finale, cela a été d'autant plus fort à vivre pour nous. C'est un moment que nous nous sommes construit seuls. Il n'y a pas un instant en particulier, c'est un tout. Je savais que c'était la dernière pour moi. Terminer sur une finale - même si j'aurais aimé que cela se finisse un peu mieux -, tous ensemble, au courage, à l'envie, c'était grand.

Et sur un plan personnel ?
Depuis la fin de ma carrière, j'ai enchaîné beaucoup d'événements, je n'ai pas vraiment eu le temps de me poser. Mais c'était gratifiant et intéressant de rencontrer des gens qui sont dans tout autre chose que le football, comme au Bangladesh. J'ai aussi rencontré des gens fascinants comme le Prix Nobel de la Paix. Et puis j'ai retrouvé mes racines en passant quelques jours en Algérie.

Votre carton rouge a un peu occulté le reste de la finale de la Coupe du Monde, or il s'est passé bien d'autres choses. Racontez-nous d'abord votre penalty…
Je n'avais pas prévu la Panenka, mais je savais qu'il fallait faire quelque chose de spécial. Normalement, je tire mes penalties toujours du même côté. Or, j'avais face à moi le meilleur gardien du monde avec Barthez. Donc je devais tirer différemment. Quand j'ai posé le ballon, je savais que j'allais faire une Panenka. J'ai tout de suite vu que le ballon avait passé la ligne, assez nettement.

Un autre moment important est cette tête que Buffon détourne d'une claquette magistrale…
Oui, je hurle ma rage quand il la sort. Parce que je sais que si je marque à ce moment là, nous sommes champions sans aucun doute. Il restait peu de temps, tout le monde était fatigué. Cette action et celle de Ribéry en toute fin auraient pu faire basculer le match. Donc je dis ma "frustration" à Buffon, mais gentiment car on se connait et on s'apprécie. D'ailleurs, quand j'ai été exclu, il a eu un petit mot sympa. Il était sans doute " rassuré " que je prenne ce carton rouge car il savait bien qu'à ce moment précis cela pouvait faire la différence, et que je ne tirerais pas le penalty. Je ne sais d'ailleurs pas comment je l'aurais tiré…

Où et comment avez-vous vécu la fin du match ?
J'étais seul dans les vestiaires. C'est ce qui a été le plus difficile. Voir mes collègues terminer cette rencontre, puis perdre aux tirs au but, c'était un moment très dur. Avant même la séance, j'étais très tendu.


Le meilleur match de Zidane à Allemagne 2006 : le quart de finale face au Brésil de Ronaldinho.
(AFP)

Pour nombres d'observateurs, votre meilleur match était celui contre le Brésil. Etiez-vous dans un état d'esprit particulier pour cette rencontre ?
Jouer le Brésil, c'est toujours différent. Nous ne nous sommes pas préparés spécialement mais cette équipe nous a toujours inspiré. Nous ne nous posons pas de questions, nous jouons comme nous le souhaitons face à eux. Il ne s'agit pas de moi spécialement, toute l'équipe a été très forte, c'est ce qui a rendu ce match si exceptionnel. C'est vrai que j'ai réussi deux ou trois gestes qui sortent un peu de l'ordinaire, c'est toujours agréable !
Le début de l'épreuve n'a pourtant pas été facile ?
La compétition est allée crescendo pour nous. Nous avons commencé doucement, nous étions timides, les matches de poule ont été très délicats. Et puis notre victoire contre le Togo nous a permis d'oublier toute la pression qui restait de l'échec de 2002. Il fallait ça pour nous mettre en confiance. Ensuite nous avons battu l'Espagne, qui était devenu l'un des grands favoris après un premier tour de toute beauté, ce qui a accru encore la confiance. Après nous jouions le Brésil et là nous n'avions plus rien à perdre.

Avant les huitièmes de finale, la presse espagnole n'a pas été tendre avec vous. Est-ce que, au bout du compte, cela vous a aidé ?
Je n'ai pas eu besoin d'un surcroît de motivation face aux Espagnols. Jouer une Coupe du Monde, voire deux, c'est une chance rare, nous avons tous cela en tête, nous les joueurs. Moi, c'était la troisième et la précédente avait été un gros échec. Cela dit, entendre les commentaires de la presse espagnole qui voulait me 'mettre à la retraite', évidemment que ça m'a titillé un peu. J'ai juste eu envie de leur dire 'eh bien non, ce n'est pas ce soir que je finirai ma carrière', sans en faire plus. J'étais surtout ravi de les avoir battus et de continuer l'aventure !

Mais vous y croyiez, vous pensiez pouvoir atteindre la finale ?
Nous savions qu'au plan du potentiel, nous avions une grande équipe. Tous, avant l'épreuve, nous nous disions que si nous étions au point physiquement et que nous étions bien dans nos têtes, nous pourrions faire quelque chose en Allemagne. Et cela s'est produit, nous sommes montés en puissance - à part un coup de mou contre le Portugal - et nous avons été bons à chacun de nos matches.

Maintenant, vous avez un autre challenge : réussir votre "après-carrière". Comment vivez-vous ce moment de transition ?
Je vis bien la fin de ma carrière, car je l'ai choisie. C'est difficile lorsque l'on ne décide pas soi-même de s'arrêter, quand on vous fait comprendre qu'il faut partir. J'ai stoppé parce que c'était l'heure pour moi et parce que j'avais fait la carrière que je souhaitais, et même bien plus que ce à quoi je pouvais rêver. Bien sûr, quand je regarde un match, j'y repense un peu.

Une fin de carrière est aussi l'occasion de se retourner sur son passé. Pouvez-vous nous dire quel a été, selon vous, votre meilleur match ?
Mon match référence est une demi-finale de Coupe d'Europe contre l'Ajax avec la Juventus. Nous avions gagné 4:1, j'avais donné deux passes décisives et marqué un but. Nous regardions les statistiques après les matches et je me souviens que j'avais perdu très peu de ballons. Et j'avais été très efficace dans mes passes. J'avais été complet ce soir-là.

Et le plus grand moment de votre carrière ?
Avoir gagné la Coupe du Monde. Quand vous jouez au football, le but ultime, c'est de gagner une telle épreuve. Ce n'est pas donné à tout le monde, j'ai eu cette chance-là. En France qui plus est. Je ne pouvais pas être plus heureux.

Le meilleur joueur que vous ayez côtoyé ?
Quand Ronaldo est en forme, c'est un joueur d'exception. Je l'ai vu faire certains gestes qui m'ont vraiment impressionné. Il a été beaucoup touché dans sa carrière, il revient encore d'une blessure. C'est difficile de dire s'il retrouvera son niveau, mais je sais qu'il en est capable. A 100% de ses capacités, pour moi, il est le plus fort. Il a tout. En particulier une technique qui ne paraît pas extraordinaire à l'écran mais en réalité, il fait ce qu'il veut avec le ballon. Et puis il a quelque chose de très rare : il va plus vite balle au pied que nombre de joueurs sans la balle. Enfin, il est très adroit devant le but. C'est Ronaldo et il n'y en a pas beaucoup dans le monde !

Quelle est la personne qui a le plus influencé votre carrière ?
Celui qui a cru en moi le premier, c'est M. Varraud, mon formateur à l'AS Cannes, qui n'est plus de ce monde. Il m'a beaucoup soutenu et m'a lancé. Ensuite, ma carrière a été jalonnée de personnes qui m'ont poussé et m'ont aidé, je ne peux pas toutes les énumérer.


Depuis sa retraite, Zizou prend enfin le temps de parcourir le monde. Il y a peu, il faisait son retour sur la terre de ses ancêtres, l'Algérie.
(AFP)
FAYEZ NURELDINE
Vous avez eu près de 15 ans de carrière, qu'est ce qui a le plus changé dans le football selon vous ?
Dans les années 80, la technique était primordiale. Les défenseurs étaient peut-être moins préparés tactiquement, il y avait plus d'espace et plus de temps. Aujourd'hui il faut jouer vite, penser vite. Et puis ce sont tous des athlètes. La tendance s'est donc inversée : il faut d'abord être prêt physiquement. Si vous avez la technique et le physique, comme Ronaldinho, c'est parfait, mais si vous n'êtes que technique, cela devient délicat. Quand on voit les jeunes aujourd'hui, ils sont tous grands, forts mais aussi techniques. Regardez Hatem Ben Arfa à Lyon, il est costaud, il va vite. Mais dans les années à venir, peut-être que cela va encore changer, qui sait ?
Et pour l'avenir du football, qu'est ce que nous devrions changer, selon vous ?
Après 30 ans, votre corps change. Cela devient de plus en plus difficile de récupérer après chaque rencontre. Quand vous avez trois matches dans la semaine, c'est forcément plus dur. Sur la fin de ma carrière, cela faisait beaucoup pour moi. Et forcément, le spectacle en pâtit. Pour l'avenir, si l'on veut conserver l'aspect spectaculaire du football, peut-être faudra-t-il réfléchir à jouer moins de matches.


JSK 1946

_________________
Palmarès :
Championnat : 72-73 | 73-74 | 76-77 | 79-80 | 81-82 | 82-83 | 84-85 | 85-86 | 88-89 | 89-90 | 94-95 | 03-04 | 05-06
Coupe : 77 | 86 | 92 | 94
Champion d'Afrique (C1) : 1981 | 1990
Coupe d'Afrique des Coupes (C2) : 1995
Coupe de la CAF (C3) : 2000 | 2001 | 2002
+...4 émé participation consécutive à la C.L. africaine
avatar
rebelle18
Modérateur
Modérateur

Messages : 4147
Localisation : paris
Date d'inscription : 10/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par rebelle18 le 31/12/2006, 21:27

sur " L 'EQUIPE.FR "

31/12/2006 - Foot - Médias

Zidane le préféré des Français
Zidane toujours numéro 1 dans les coeurs. (L'Eq.)


Zinedine Zidane demeure, en dépit de son coup de tête en finale de la Coupe du monde, la personnalité préférée des Français, à en croire le traditionnel sondage Ifop que publie le Journal du dimanche. Le sondage a été réalisé auprès d'un échantillon de 1.064 personnes âgées de quinze ans et plus entre le 7 et le 15 décembre. Le trio de tête reste ainsi inchangé par rapport au dernier classement de juillet 2006 puisque Zidane devance Yannick Noah (33%) et Nicolas Hulot (32%).

La personnalité préférée des Français a joué le jeu de l'interview avec un enfant, le petit Thomas, 11 ans, pour le JDD. Zinedine Zidane a estimé que sa popularité auprès des Français est peut-être due à sa carrière, «au fait qu'on ait gagné la coupe du monde 1998 qui reste un moment très important pour tout le monde». «Ça tient peut-être aussi un petit peu à la personne que je suis», a également reconnu l'ancien footballeur. «Pour moi, c'est un honneur d'être parmi tous ces grands noms et surtout d'être apprécié du public. Mais ce n'est pas le plus important. Le plus important, c'est de suivre le chemin que j'ai toujours voulu suivre».

«Je ne serai jamais récupéré si je ne le veux pas», promet par ailleurs la star à quelques mois de la présidentielle. «Tout ce que je fais, c'est dans l'unique but de me faire du bien ou de faire du bien autour de moi», explique-t-il. «Et ce sera toujours dans le domaine du sport, ou des enfants». «Rien en politique sauf si je le décide un jour. Mais ce n'est pas demain la veille».

Contrairement à Zidane, d'autres membres de l'équipe de France finaliste du Mondial cet été chutent dans le classement, comme Thierry Henry, passé de la sixième à la 27e place avec 18%, Franck Ribéry de la 15e à la 45e place avec 14% ou Fabien Barthez de la 14e à la 48e place avec 13%.

Bravo Champion

_________________
Palmarès :
Championnat : 72-73 | 73-74 | 76-77 | 79-80 | 81-82 | 82-83 | 84-85 | 85-86 | 88-89 | 89-90 | 94-95 | 03-04 | 05-06
Coupe : 77 | 86 | 92 | 94
Champion d'Afrique (C1) : 1981 | 1990
Coupe d'Afrique des Coupes (C2) : 1995
Coupe de la CAF (C3) : 2000 | 2001 | 2002
+...4 émé participation consécutive à la C.L. africaine
avatar
rebelle18
Modérateur
Modérateur

Messages : 4147
Localisation : paris
Date d'inscription : 10/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par KaRDaChe le 2/1/2007, 23:11

tres bien !! lol! Imazighen :queen: lol! lol! lol! lol!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Pour oublier la JSK >> [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Je Paye Ou Manhelabch
avatar
KaRDaChe
Administrateur
Administrateur

Masculin Messages : 15607
Localisation : العاصمة
Date d'inscription : 15/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par rebelle18 le 7/1/2007, 09:54

Dans une lettre de remerciements à Bouteflika
L’émouvant message de Zidane aux Algériens


Par : Djilali B.
Lu : (3236 fois)


“Ce merveilleux séjour m'a conforté dans mes sentiments de fierté que je porte pour le peuple algérien et notamment sa dynamique jeunesse”, a affirmé le joueur.

Le joueur Zinedine Zidane a envoyé au président de la République un message de vœux pour l’Aïd et la nouvelle année. Il a exprimé dans son message, suite à la visite qu’il a effectuée en Algérie à l’invitation du président, du 11 au 15 décembre dernier, ses sentiments de solidarité et d’amour pour son pays d’origine. Des sentiments qu’il ressent, a-t-il écrit, “depuis toujours à l'égard de mon pays d'origine”, l'Algérie.
Cela s’est confirmé et renforcé lors de son séjour algérien où il a eu à rencontrer différents responsables et des citoyens.
L’ancien champion du monde et capitaine de l’équipe de France a pris la mesure de la haute considération dont il a été gratifié et particulièrement de l’estime dont il jouit en Algérie. Et surtout de la distinction, la plus haute en Algérie, la médaille du Mérite national, dont il a été décoré par le président de la République.
À ce propos, l’homme au fameux coup de tête déclare rester “profondément marqué par le suprême honneur d'avoir reçu des mains du chef de l'État, la médaille Athir de l'ordre du mérite national.” Et d’ajouter : “Cette distinction dont je mesure la portée, revêt pour moi et ma famille une importance particulière.”
Mieux, le Ballon d’or considère que cette distinction représente dans sa vie une immense reconnaissance. Cela d’autant qu’elle vient du président de la République qui l’a toujours qualifié de “fierté” d’un homme de cœur, et surtout l’a soutenu y compris dans le difficile moment qui a suivi son regrettable geste contre le joueur italien Materrazzi.
Zidane reviendra, avec du recul, sur son séjour qu’il qualifie de merveilleux lors duquel il a eu à constater sa popularité, mais retient surtout ce qu’il a ressenti en ce sens que la visite, donc le contact direct, lui a confirmé ses sentiments intimes envers l’Algérie. “Ce merveilleux séjour m'a conforté dans mes sentiments de fierté que je porte pour le peuple algérien et notamment sa dynamique jeunesse”, a affirmé le champion d’Europe.
Reçu par les responsables comme un chef d’État, Zinedine Zidane a eu droit également à un bain de foule, une foule si dense qu’il a eu du mal à se déplacer. Ce qui est révélateur, selon lui, “de l’intensité des liens qui unissent les enfants du pays, liens si vivaces dans le cœur de (ses) parents”.
“J'ai partagé les rires et les joies de ceux qui m'ont ouvert leur cœur sans calcul et sans retenue”, relève-t-il, soulignant que "la chaleur de cet accueil familial avec sa sincérité et sa spontanéité, a ajouté à l'honneur que j'ai ressenti face aux égards particulièrement chargés de symboles dont ma famille et moi-même avons fait l'objet”, a-t-il écrit. Aussi, assimile-t-il sa joie et la fierté comme “un peu une récompense” pour ses parents.
Ainsi, ce voyage est perçu et vécu comme une manière de renouer avec ses origines, le pays de ses parents pour lesquels le président de la République a fait un geste très fort.
Même s’il n’a eu à visiter l’Algérie que deux fois, la dernière étant avec les honneurs, Zinedine Zidane a toujours gardé une attache avec le pays, non seulement à travers les membres de sa famille, mais aussi et surtout à travers les actions caritatives, les dons qu’il faisait. Des effets vestimentaires, des équipements sportifs pour les enfants, Zinedine Zidane en a expédié à plusieurs reprises. Des gestes de solidarité bien appréciés dans une Algérie alors en proie à la crise et à des difficultés, et mise sous embargo tacite par l’Occident.
Pour son voyage de décembre dernier, la star mondiale de football a encore une fois, comme à son habitude et dans toute les actions caritatives qu’elle entreprend, pensé aux enfants algériens. Inauguration d’hôpitaux, visite aux enfants malades, etc., alors que la totalité du montant de son contrat publicitaire avec l’opérateur Nedjma a été reversée, selon son souhait, à une association s’occupant des enfants.
Il était donc venu avec, dans ses bagages, non seulement des rêves d’enfance, une envie de conciliation avec son pays d’origine, mais aussi avec des projets, des ambitions et surtout une immense volonté d’aider les jeunes, les sportifs, les clubs et les enfants.

JSK 1946

_________________
Palmarès :
Championnat : 72-73 | 73-74 | 76-77 | 79-80 | 81-82 | 82-83 | 84-85 | 85-86 | 88-89 | 89-90 | 94-95 | 03-04 | 05-06
Coupe : 77 | 86 | 92 | 94
Champion d'Afrique (C1) : 1981 | 1990
Coupe d'Afrique des Coupes (C2) : 1995
Coupe de la CAF (C3) : 2000 | 2001 | 2002
+...4 émé participation consécutive à la C.L. africaine
avatar
rebelle18
Modérateur
Modérateur

Messages : 4147
Localisation : paris
Date d'inscription : 10/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par rebelle18 le 3/3/2007, 20:24

Infosoir Sports Edition du 4/3/2007

Materazzi voulait revoir Zidane

l Dans une interview à l'édition italienne du magazine masculin GQ, le défenseur transalpin confie avoir tenté de se réconcilier avec Zinédine Zidane, essuyant le refus catégorique de l'ancien meneur de jeu des Bleus. «J'ai essayé de le rencontrer ces derniers mois, mais il a rejeté mon offre. Je voulais qu'un photographe nous immortalise alors qu'il me donnait son maillot», explique le défenseur de l'Inter Milan et de la Squadra Azzurra. «Je me suis excusé quand il le fallait, mais une autre personne [Zidane] n'a toujours pas fait de même», déplore Marco Materazzi, qui revient encore sur l'épisode du coup de boule et ses suites : «Dans la vie je sais ce que je veux et je fais le maximum pour l'obtenir, mais je n'ai jamais été un "méchant". Je ne savais pas que Zidane avait une sœur et je lui ai fait mes excuses publiques.»

:No: :No: :No: :No: :No: :No: :No: :No:

_________________
Palmarès :
Championnat : 72-73 | 73-74 | 76-77 | 79-80 | 81-82 | 82-83 | 84-85 | 85-86 | 88-89 | 89-90 | 94-95 | 03-04 | 05-06
Coupe : 77 | 86 | 92 | 94
Champion d'Afrique (C1) : 1981 | 1990
Coupe d'Afrique des Coupes (C2) : 1995
Coupe de la CAF (C3) : 2000 | 2001 | 2002
+...4 émé participation consécutive à la C.L. africaine
avatar
rebelle18
Modérateur
Modérateur

Messages : 4147
Localisation : paris
Date d'inscription : 10/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par JSK 1946 le 4/3/2007, 02:35

rebelle18 a écrit:Infosoir Sports Edition du 4/3/2007

Materazzi voulait revoir Zidane

l Dans une interview à l'édition italienne du magazine masculin GQ, le défenseur transalpin confie avoir tenté de se réconcilier avec Zinédine Zidane, essuyant le refus catégorique de l'ancien meneur de jeu des Bleus. «J'ai essayé de le rencontrer ces derniers mois, mais il a rejeté mon offre. Je voulais qu'un photographe nous immortalise alors qu'il me donnait son maillot», explique le défenseur de l'Inter Milan et de la Squadra Azzurra. «Je me suis excusé quand il le fallait, mais une autre personne [Zidane] n'a toujours pas fait de même», déplore Marco Materazzi, qui revient encore sur l'épisode du coup de boule et ses suites : «Dans la vie je sais ce que je veux et je fais le maximum pour l'obtenir, mais je n'ai jamais été un "méchant". Je ne savais pas que Zidane avait une sœur et je lui ai fait mes excuses publiques.»

:No: :No: :No: :No: :No: :No: :No: :No:
Il veut plutot avoir un nom sur le dos de notre Zinédine Zidane
Ulac Smah Ulac Amazigh
avatar
JSK 1946
Junior
Junior

Masculin Messages : 2932
Age : 30
Localisation : Oran
Date d'inscription : 14/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par rebelle18 le 11/3/2007, 21:57

INFOSOIR : Edition du 12/3/2007
Zidane fait condamner deux magazines people

l La star du footballeur mondial, Zinedine Zidane, a fait condamner les deux magazines people Voici et Gala à un total de 80 000 euros de dommages et intérêts pour «violation du droit à l'image» et «atteinte à la vie privée». Gala a été condamné à verser 30 000 euros à Zidane pour avoir publié, sans son accord, des photos de lui et de ses deux fils. Quant au deuxième magazine Voici, il a été condamné à verser 50 000 euros pour avoir refusé de publier une décision de justice. Déjà condamné le 8 décembre, l'hebdomadaire en question avait refusé de publier la condamnation. Le même magazine avait été poursuivi par Zidane pour avoir publié un montage photo le montrant en compagnie de la chanteuse Nâdiya. De plus, une astreinte de 20 000 euros par semaine de retard a été prononcé à l'encontre de Voici.

_________________
Palmarès :
Championnat : 72-73 | 73-74 | 76-77 | 79-80 | 81-82 | 82-83 | 84-85 | 85-86 | 88-89 | 89-90 | 94-95 | 03-04 | 05-06
Coupe : 77 | 86 | 92 | 94
Champion d'Afrique (C1) : 1981 | 1990
Coupe d'Afrique des Coupes (C2) : 1995
Coupe de la CAF (C3) : 2000 | 2001 | 2002
+...4 émé participation consécutive à la C.L. africaine
avatar
rebelle18
Modérateur
Modérateur

Messages : 4147
Localisation : paris
Date d'inscription : 10/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par faridakbou le 12/3/2007, 14:06

bien joué Zizou ! je sais qu'il saura ou metre cette somme, pas dans sa poche en tout cas !

_________________
Assa azka JSK kouless gouliw !
avatar
faridakbou
Junior
Junior

Messages : 1346
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 20/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par rebelle18 le 15/3/2007, 21:57

Ronaldinho encense Zidane
l Considéré unanimement comme le meilleur joueur du monde, Ronaldinho a confié au magazine Four-Four-Two l’identité de ses joueurs préférés. S’ils respectent et adorent Henry, Figo, Giggs ou Ronaldo, c’est Zinedine Zidane qui reste de loin son joueur préféré. «Il est de ces joueurs que j’avais le plus de plaisir à regarder. C’était aussi un vrai gentleman en dehors du terrain et j’ai toujours aimé jouer contre lui. Il avait tant d’élégance et de grâce, un toucher de balle merveilleux et une superbe vision de jeu. L’Espagne a eu beaucoup de chance de le voir jouer en Liga parce qu’il est une vraie joie à regarder, quelle que soit l’équipe que vous supportez. Son palmarès est aussi incroyable – une Coupe du monde, une Ligue des champions avec ce but magnifique, des titres nationaux…» a-t-il déclaré.

_________________
Palmarès :
Championnat : 72-73 | 73-74 | 76-77 | 79-80 | 81-82 | 82-83 | 84-85 | 85-86 | 88-89 | 89-90 | 94-95 | 03-04 | 05-06
Coupe : 77 | 86 | 92 | 94
Champion d'Afrique (C1) : 1981 | 1990
Coupe d'Afrique des Coupes (C2) : 1995
Coupe de la CAF (C3) : 2000 | 2001 | 2002
+...4 émé participation consécutive à la C.L. africaine
avatar
rebelle18
Modérateur
Modérateur

Messages : 4147
Localisation : paris
Date d'inscription : 10/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par faridakbou le 17/3/2007, 02:43

rebelle18 a écrit:Ronaldinho encense Zidane
l Considéré unanimement comme le meilleur joueur du monde, Ronaldinho a confié au magazine Four-Four-Two l’identité de ses joueurs préférés. S’ils respectent et adorent Henry, Figo, Giggs ou Ronaldo, c’est Zinedine Zidane qui reste de loin son joueur préféré. «Il est de ces joueurs que j’avais le plus de plaisir à regarder. C’était aussi un vrai gentleman en dehors du terrain et j’ai toujours aimé jouer contre lui. Il avait tant d’élégance et de grâce, un toucher de balle merveilleux et une superbe vision de jeu. L’Espagne a eu beaucoup de chance de le voir jouer en Liga parce qu’il est une vraie joie à regarder, quelle que soit l’équipe que vous supportez. Son palmarès est aussi incroyable – une Coupe du monde, une Ligue des champions avec ce but magnifique, des titres nationaux…» a-t-il déclaré.
une fois il était interviewé par un journaliste, il était au coté de Zidane, et je peux vous juré que Ronaldinho regardé Zidane comme un enfant !
il était tres timide devant lui.
c'était beau a voir.

_________________
Assa azka JSK kouless gouliw !
avatar
faridakbou
Junior
Junior

Messages : 1346
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 20/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: La visite de Zidane en Algérie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum